Flash info

Religieuse
@Alan Gilbert
Religieuse
@Alan Gilbert
3484

Collection de médailles et de plaquettes unifaces

VICTOR PETER (Paris, 1840-1918)

Grand amateur d’art, le baron Alphonse de Rothschild (1827-1905) est particulièrement friand des médailles et plaquettes en bronze de Victor Peter, dont il fut un des mécènes privilégiés. Il donne nombre de ses œuvres aux musées de France, parmi lesquels le musée d’Agen, qui reçoit cette très riche collection témoignant du savoir-faire incomparable et du style varié de l’artiste. Des recherches menées en 2019 par Katia Schall, chargée d'études au sein du département des Études et de la Recherche à l'INHA (Institut national d’histoire de l’art), ayant pour objet les dons médaillistiques du baron, ont permis à cette collection de ressortir des réserves et de démontrer à nouveau son grand intérêt artistique.

Arthur Decherac
illustration 1 Arthur Decherac, @Alan Gilbert
Coq
illustration 1 Coq, @Alan Gilbert
Claude Charles Bourgonnier
illustration 1 Claude Charles Bourgonnier, @Alan Gilbert
Peter Edouard Fremy
illustration 1 Peter Edouard Fremy, @Alan Gilbert
Fauvette
illustration 1 Fauvette, @Alan Gilbert
Cheval
illustration 1 Cheval, @Alan Gilbert
Epagneul gordon
illustration 1 Epagneul gordon, @Alan Gilbert
Pierre-Paul David
illustration 1 Pierre-Paul David, @Alan Gilbert
Cane et canetons
illustration 1 Cane et canetons, @Alan Gilbert
Gazelle broutant
illustration 1 Gazelle broutant, @Alan Gilbert
Jeune canard
illustration 1 Jeune canard, @Alan Gilbert
Idylle
illustration 1 Idylle, @Alan Gilbert
Mme Claire Paul Huet
illustration 1 Mme Claire Paul Huet, @Alan Gilbert
Gazelle passant
illustration 1 Gazelle passant, @Alan Gilbert
L'age heureux
illustration 1 L'age heureux, @Alan Gilbert
Amedee Berthault
illustration 1 Amedee Berthault, @Alan Gilbert

Détails

Fiche technique de l'oeuvre
Artiste VICTOR PETER (Paris, 1840-1918)
Titre Collection de médailles et de plaquettes unifaces
Date Entre 1877 et 1892
Domaine Numismatique
Technique Fonte au sable
Dimensions Non renseignée
Numéro d'inventaire 38S (1) ; 38S (2) ; 38S (3) ; 38S (4) ; 38S (5) ; 38S (6) ; 38S (7) ; 38S (8) : 38S (10) ; 38S (11) ; 38S (12) ; 38S (13) ; 38S (14) ; 38S (15) ; 38S (16) ; 38S (17) ; 38S (18)
Sujet / Thème Portrait, animal, allégorie, cheval, gazelle, coq, canard, chien, artiste

Une riche collection

Offerte à titre gracieux par le baron de Rothschild au musée des Beaux-Arts d'Agen par l'intermédiaire de son conseiller Paul Leroi entre 1895 et 1898, la collection de médailles et de plaquettes unifaces en bronze réalisées par Victor Peter dans la deuxième moitié du XIXe siècle surprend par sa finesse. Elle reflète les différents styles que le sculpteur-médailleur adopte au cours de sa carrière. Un premier groupe de sept médailles représente des portraits de diverses personnalités de l’époque. Le savoir-faire de l’artiste s’exprime dans le travail remarquable des drapés chez la femme en capulet (38S 1) ou chez Madame Claire Paul Huet (38S 2). L’adroite restitution des cheveux de ses modèles, à l'instar de Claude Charles Bourgonnier (38S 6) ou d'Arthur Decherac (38S 7), témoigne, elle aussi, de cette aisance dans le rendu des détails.

Le deuxième groupe se distingue par l’extrême attention et la justesse avec lesquelles Peter réalise ses sujets animaliers en bas-relief sur des plaquettes de bronze. Elles lui valent aujourd’hui d'être reconnu comme l'un des plus grands dans ce domaine si particulier. L'actuel bestiaire de la collection du musée des Beaux-Arts d'Agen se compose de sept pièces, toutes réalisées avec autant de précision dans la représentation de ses sujets dont les plumes, poils et autres détails offrent une vision singulière. Le médailleur se distingue d'autre part par ses connaissances en anatomie animalière, comme nous le prouve là encore la rigueur avec laquelle il s’attache aux détails corporels tels que les muscles en action de sa gazelle (38S 14), broutant les branches d'un arbre. Sa capacité à représenter des animaux de tous âges est également perceptible dans ses plaquettes Cane et canetons (38S 8) et Chienne défendant ses petits contre une vipère (s. n°), conservée au musée Boucher de Perthes d'Abbeville. Malheureusement, l'une des dix-huit pièces jusqu'alors exposées dans un cadre, Canard et Colimaçon, a disparu mais des exemplaires de celle-ci sont conservées dans divers musées et notamment à musée d’Orsay (Paris, Musée d'Orsay, MEDOR 1053).

Enfin, Victor Peter produit des sujets allégoriques ou mythologiques, dont deux exemplaires enrichissent l'assortiment donné par Alphonse de Rothschild. Issu d'une scène mythologique, le médaillon intitulé Vénus et l'Amour (38S 17) – ou Idylle – figure une jeune femme, probablement Vénus, assise de profil sur un rocher. Le buste dénudé, elle se penche vers un amour ailé de l’âge d’un nouveau-né. Ce dernier saisit les mains jointes de Vénus et tend le bras gauche vers la déesse. Un autre médaillon allégorique, titré L'âge heureux et daté de 1886 (38S (18)), complète la collection. Ce groupe de trois jeunes enfants avec une biche est une allégorie des âges de la vie. Une fillette de profil gauche, un bouquet de fleurettes dans la main, est vêtue à l’antique et coiffée d’un chignon. Elle entoure délicatement l’encolure d’une biche qui tourne la tête pour recevoir un baiser sur le museau. En face de ce groupe principal, une autre fille dénudée enserre un jeune enfant qui tend les bras pour toucher l’animal. A droite, la composition est fermée par une pousse de laurier.

L’ensemble de cette collection fut offert en un lot savamment composé, dans un grand cadre au fond de velours pourpre, organisé dans l'intention de dévoiler l'amplitude du talent de l'artiste. Mais cette présentation quitta les salles d'exposition du musée du fait d’un engouement décroissant pour l'art de la médaille et fut démontée, principalement par souci de conservation préventive.

Un don du baron Alphonse de Rothschild, ambassadeur de la démocratisation artistique

Tout comme la gravure, la médaille s’inscrit dans l'art du multiple et répond à un désir de démocratisation artistique. Ainsi, une réelle « médaillomanie » éclot à la fin du XIXe siècle, entre 1880 et 1900. Cet engouement se traduit par une forte augmentation du nombre de médailleurs présents au Salon des Artistes français. Désireuse d'enrichir les collections de France, la famille Rothschild, et plus particulièrement Alphonse de Rothschild, fervent mécène de l'art contemporain, effectue entre 1887 et 1905 plus de quatre-vingts dons de médailles et plaquettes d'artistes contemporains en faveur de divers musées de province dont celui d'Agen. Ce dernier reçoit, outre les dix-huit médailles et plaquettes de bronze, un bas-relief en marbre, L’Abri maternel (43S), donné par le baron en 1898. Particulièrement friand des œuvres de Victor Peter, le collectionneur offre près d'une vingtaine de ses œuvres à des musées de France. Touché par cette attention, l’artiste rend hommage à son mécène en réalisant son portrait posthume, dont un exemplaire est conservé à la Bibliothèque nationale de France (Paris, BnF, MMA. FL.Peter.122). Par ses généreuses donations, Alphonse de Rothschild offrit aux musées provinciaux la possibilité d’enrichir leurs collections numismatiques ou de constituer une première base de qualité.

Un artiste, deux savoir-faire

Peter débute sa carrière dans l'atelier du sculpteur Théodore Devaulx puis dans celui de son futur ami et collaborateur Alexandre Falguière, en qualité de praticien. Son aisance dans cette discipline le conduit à collaborer avec Jules Dalou, Antonin Mercié et Auguste Rodin. En 1901, l'École des Beaux-Arts de Paris le nomme professeur en qualité de sculpteur. Néanmoins, l'artiste excelle également dans l'art de la médaille pour lequel il est honoré à l'Exposition universelle de 1900. Comme l’illustre la collection du musée des Beaux-Arts d'Agen, Peter privilégie la technique de la fonte au sable et s’adonne à la représentation d'animaux, de portraits et de quelques scènes allégoriques ou mythologiques. Les portraits de Peter, quelque peu sévères et rigides, se rapprochent de ceux de Jules Chaplain ou Hubert Ponscarme mais ne présentent pas un intérêt aussi grand que ses scènes animalières, dont il fait sa spécialité. Son affection pour les animaux, révélée par la possession d’un ours et d’un jeune lion, se prolonge avec sa série des Fables de Jean de La Fontaine, exécutée avec une grande finesse. Le mouvement de chaque fable représentée est saisi dans sa vigueur et sa spontanéité, comme en témoignent Le chat et le vieux rat ou L'ours et l'amateur des jardins, conservées toutes deux au musée d'Orsay (Paris, musée d'Orsay, MEDOR 1056 & MEDOR 1093).

Provenance

Don du baron Alphonse de Rothschild, 1895-1898.

Titres et dimensions de chaque oeuvre

  • Portrait de religieuse, 1892. Diam. : 0,08 m
  • Mme Claire Paul Huet, entre 1881 et 1892. Diam. : 0,075 m
  • Pierre-Paul David d'Angers, 1881. Diam. : 0,08 m
  • Amédée Bertault, 1881. Diam. : 0,075 m
  • Édouard Fremy, 1877. Diam. : 0,078 m
  • Claude Charles Bourgonnier, 1881. Diam. : 0,078 m
  • Arthur Decherac, avant 1892 ; Diam. : 0,078 m
  • Cane et canetons, 1892. H. : 0,08 ; L. 0,095 m
  • Jeune canard, 1892. H. : 0,075 ; L. : 0,073 m
  • Cheval, 1881. H. : 0,077; L. : 0,11 m
  • Coq, avant 1892. H. 0,10 ; L. : 0,07 m
  • Gazelle passant, 1892. H. 0,10 ; L. 0,10 m
  • Gazelle broutant, 1892. H. : 0,095 ; L. : 0,095 m
  • Épagneul Gordon, vers 1886. H. : 0,077 ; L. 0,13 m
  • Fauvette, Chienne d’arrêt, 1883. H. 0,075 ; L. 0,134 m
  • Idylle, 1877. Diam. : 0,145 m
  • L'âge heureux, 1886. Diam. 0,150 m

 

Lucas Cappuccini

Dernière mise à jour : 10 nov. 2020

Mes notes

Ajouter