Flash info

Portrait d'un buveur
©Musée des Beaux-Arts d'Agen
Portrait d'un buveur
©Musée des Beaux-Arts d'Agen
3392

Portrait d'un buveur

ALEXIS GRIMOU (Argenteuil, 1678-Paris, 1733)

Cette œuvre évoque une des facettes sans doute les plus célèbres de l’œuvre de Grimou : ses portraits de fantaisie représentant buveurs, jeunes pèlerins ou ses portraits de jeunes filles aux coloris chauds, à dominante brun roux, baignés d’un sfumato. L’artiste fut profondément influencé par la Hollande du XVIIe siècle, où peintures de genre et portraits étaient étroitement associés.

Détails

Fiche technique de l'oeuvre
Artiste ALEXIS GRIMOU (Argenteuil, 1678-Paris, 1733)
Titre Portrait d'un buveur
Date Vers 1710
Domaine Peinture
Technique Huile sur toile
Dimensions H. 0.55 m - L. 0.48 m -
Numéro d'inventaire 2011.1.1
Sujet / Thème Portrait, tête d’expression

Un portrait pétillant

Un jeune homme, le visage tourné vers nous, serre dans sa main une cruche, dont seule l’anse se détache. Un col blanc rapidement brossé égaye son pourpoint de couleur lie de vin à manches à crevés tandis qu’un manteau bleu est jeté sur ses épaules, soulignant la dominante chromatique rousse de ce tableau. Le fond, d’un gris chaud estompé, accentue la luminosité du visage, coiffé d’un chapeau fantaisiste surmonté d’une plume, aux couleurs assorties au costume. La lumière, agencée en un vif clair-obscur, modèle les traits du jeune homme. Le rose affleure sur ses joues, vivifiant ce visage à la bouche sensuellement entrouverte. Le modèle se tourne vers le spectateur en une attitude alerte tandis que son regard pétillant confère à son visage une expression presque ironique. Le cadrage resserré sur ce portrait en buste renforce l’impression de proximité entre l’homme et le spectateur, sonnant comme une invitation à partager son ivresse.

Alexis Grimou, un artiste méconnu

Cette peinture incarne un des aspects les plus connus de l’œuvre d’Alexis Grimou, les portraits de fantaisie, mettant en scène des buveurs ou des jeunes pèlerins. Elle appartient à un ensemble important de figures représentées pour la plupart en buste et habillées de costumes anachroniques, pastiche de la peinture nordique du siècle précédent. Si on ignore encore tout de l’éducation artistique que reçut Alexis Grimou, on sait qu’il est agréé à l’Académie Royale de peinture en 1705 mais qu’il n’en devient pas membre suite à son refus d’exécuter les deux portraits demandés de MM. Raon et Coypel. Pour autant, l’artiste est reçu Maître-peintre de l’Académie de Saint Luc et réalise de nombreuses œuvres pour une clientèle de qualité parmi les nobles et les bourgeois.

Une peinture plus libre

Artiste exerçant durant une période de transition, où la peinture se libère après la mort de Louis XIV pour se tourner vers des sujets de fêtes galantes, de décors de théâtre et de nus féminins, son importance a été injustement oubliée dans l’histoire de l’art pour ne ressurgir qu’aujourd’hui. Fidèle disciple français de Harmenszoon van Rijn Rembrandt (1606-1669), il l’admire beaucoup et reprend dans ses œuvres certaines de ses caractéristiques stylistiques comme le clair-obscur. Affublé post-mortem d’une réputation d’alcoolique, la recherche a démontré qu’il s’agissait d’anecdotes mensongères accréditées par ses nombreux sujets de buveurs, très décriés de son vivant.

Provenance

Marché de l’art, Bordeaux ; galerie L’Horizon Chimérique, Bordeaux, 2011 ; achat par le musée des Beaux-Arts d’Agen, avec le soutien du FRAM Aquitaine (Fonds régional d’acquisition des musées) et du Conseil Général de Lot-et-Garonne, 2011

Mathilde Descamps Duval

Localisation

1er étage

Dernière mise à jour : 04 déc. 2020

Mes notes

Ajouter