Flash info

Tête d'oiseau aquatique
©Alban Gilbert
Tête d'oiseau aquatique
©Alban Gilbert
3537

Tête d'oiseau aquatique

Syrie, fin de l’âge du bronze, vers 1400-1200 av. J.-C.

Cette tête d’oiseau aquatique se distingue par une représentation très naturaliste exprimée à travers la finesse de son long bec à l’extrémité légèrement busquée. Une cupule circulaire marque l’œil. Le crâne et le cou sont décorés de petites encoches accentuant le caractère réaliste de la figure.

Tête d'oiseau aquatique
illustration 1 Tête d'oiseau aquatique, ©Alban Gilbert

Détails

Fiche technique de l'oeuvre
Artiste Syrie, fin de l’âge du bronze, vers 1400-1200 av. J.-C.
Titre Tête d'oiseau aquatique
Date Vers 1400-1200 av. J.-C.
Domaine Archéologie
Technique Nacre
Dimensions H. 0.26 m - L. 0.46 m -
Numéro d'inventaire 2000.1.1309
Sujet / Thème Archéologie, canard, oiseau, tête

Une spécialité du Levant

Le style de cette tête de canard en nacre fait écho aux boîtes à fard en forme de nacelles avec couvercle pivotant surmonté d’une tête d’anatidé au long col.

Ces objets de toilette sont caractéristiques des productions levantines de la fin de l’âge du bronze (vers 1400-1200 av. J.-C.) et traduisent une forte influence égyptienne marquée par la reprise du contrôle des pharaons de la XVIIIe dynastie sur la région. Plusieurs exemplaires ont été découverts dans les tombes les plus riches à Ougarit (actuelle Ras-Shamra), Kamid el Loz (Liban) et Chypre.

La figure de l’oiseau aquatique, canard ou oie est un thème récurrent pour les cuillers à fard mais surtout pour les boîtes à cosmétiques. Ces dernières sont souvent façonnées en bois, en ivoire et, plus rarement, en cristal.

Le symbole d’une renaissance

Par sa qualité de migrateur, l’oiseau aquatique symbolise le cycle du temps qui s’écoule, le renouvellement de l’année, mais aussi celui de la vie qui se poursuit dans l’au-delà. Le canard, animal terrestre et aquatique, participe aux éléments naturels que sont l’eau et la terre. Sont ainsi réunis en un seul et même animal trois éléments fondamentaux : l’air, l’eau et la terre.

La vie trouve aussi sa représentation à travers l’oeuf. Voilà pourquoi le canard est associé à la grande déesse de la fertilité, nommée Ishtar ou Inanna, et bénéficie ainsi de la protection des dieux.

La nacre, matériau de luxe

La pierre, élément principal de la production artistique et matérielle, provient le plus souvent du territoire de production. Les pierres « exotiques », tels le lapis-lazuli, la cornaline ou la diorite sont importées. La nacre et la coquille de coquillages marins de l’océan Indien et de la Méditerranée sont réservées à l’artisanat de luxe : parures en « paillette » néolithiques dans la vallée du Jourdain, mosaïques sumériennes au IIIe millénaire, bagues syro-hittites vers 1300-1200 av J.-C.

La production de tels objets se retrouve à Ougarit dans sa dernière phase de développement, véritables objets de luxe en matériau rare et d’un raffinement extrême qui ornaient les riches demeures, les temples et les palais où ils ont été mis à jour. Des peignes, fuseaux et boîtes à fard en ivoire d’éléphant et d’hippopotame y ont été découverts.

Cette tête d’oiseau aquatique peut être rapprochée de la boîte à fard en forme de canard conservée au musée du Louvre (AO 14778) et provenant d’Ougarit. L’œuvre du Louvre, en ivoire d’hippopotame, adopte la forme d’un anatidé dont seule la tête est traitée de façon réaliste, la cuve et le couvercle se limitant à une simple forme ovale. Cependant, si des similitudes peuvent être observées entre les deux têtes de canard, la tête du Louvre reste très stylisée, répondant aux impératifs du traitement très géométrique de la cuve. L’œuvre du musée d’Agen a été l’objet d’attentions toutes particulières. La tête de l’oiseau, parcourue sur son crâne et son cou de petites indentations d’une grande délicatesse, se termine par un long bec d’une extrême élégance, légèrement teinté de noir à son extrémité pour un rendu plus naturaliste. La fragilité, la finesse et la brillance de la nacre invitent à un jeu de reflets très raffinés.

Provenance

Collection de Camille Aboussouan, Agen, 2000; donation de Camille Aboussouan au musée des Beaux-Arts, Agen, 2000 ; entrée au musée des Beaux-Arts, Agen, 2000

Localisation

Rez-de-chaussée

Dernière mise à jour : 04 déc. 2020

Mes notes

Ajouter