Flash info

L’enrichissement des collections

Les collections du musée des Beaux-Arts d’Agen ne cessent de s’enrichir grâce aux dépôts d’autres institutions, aux dons et achats d’œuvres réalisés avec le concours de nos partenaires et mécènes. Découvrez ici les nouveaux entrants !

Les acquisitions

Suivant l’adage « un musée qui ne s’enrichit pas est un musée qui meurt », le musée d’Agen s’efforce de mener une politique d’acquisition dynamique. L’entrée des nouvelles œuvres est soumise à l’avis des membres de la commission scientifique régionale d’acquisition de Nouvelle-Aquitaine. En effet, l’intérêt artistique et/ou scientifique de cette nouvelle acquisition doit être en accord avec les collections conservées et exposées et le PSC (Projet scientifique et culturel) du musée.

Un acte administratif est nécessaire (comme une délibération du Conseil Municipal) autorisant le maire à accepter ces objets ; ceci avant de procéder à l’inscription à l’inventaire réglementaire qui confèrera à l’œuvre ou à l’objet un caractère inaliénable, imprescriptible et insaisissable.

Les différents modes d’acquisition

La plupart des musées disposent de crédits d’acquisition auxquels s’ajoutent les subventions accordées par l’Etat et la région dans le cadre du FRAM (Fonds Régional d’Acquisition des Musées), le Conseil départemental ou l’association des amis du musée (ARIMAGE pour le musée des Beaux-Arts de la ville d’Agen). Ils peuvent également faire appel à du mécénat via des souscriptions en ligne, comme celles diffusées par la Fondation du Patrimoine. En cas d’acquisition majeure, l’Etat peut apporter une aide financière exceptionnelle via le Fonds du patrimoine. Les acquisitions peuvent être négociées de gré à gré avec les propriétaires (collectionneurs privés, marchands, antiquaires) ou se faire dans le cadre de ventes publiques aux enchères. Dans ce dernier cas, l’Etat peut autoriser la ville d’Agen à exercer un droit de préemption. 

Le don manuel, c’est-à-dire les dons d’œuvres réalisés au profit du musée. La pertinence est évaluée par le conservateur en fonction de la thématique des collections constituant le parcours muséographique et le PSC.

La donation ou le legs (après décès du légataire, par testament) permet d’assurer la pérennité et l’intégrité d’une collection – qui représente souvent la passion de toute une vie – ou d’une œuvre en particulier. Certains collectionneurs procèdent de leur vivant à une donation. Ces libéralités peuvent être accompagnées de la part de l’ancien propriétaire de conditions particulières, de clauses que le musée doit respecter (obligation de présenter la totalité, interdiction de prêt, etc…). Ces modes d’acquisitions se font à titre posthume à partir d’un acte testamentaire notarié.

La dation est un acte qui peut se substituer partiellement au paiement des droits de succession et de mutation. La procédure se fait au profit de l’Etat après accord de la Direction générale des Impôts. L’Etat peut ensuite déposer l’œuvre ou l’ensemble d’œuvres dans un musée national ou territorial.

Les dernières acquisitions du musée d’Agen

Dans cette rubrique, il sera fait état des récentes acquisitions faites par le musée afin de poursuivre l’enrichissement des collections, qui est l’un des principes fondateurs des musées de France. Mais également, des dons, legs, donations et dations qui viendraient compléter la richesse des collections. Ce type de libéralités est en effet à la source de la création du musée.
 

 2017

Jean-Baptiste Oudry (Paris, 1686-Beauvais, 1755)
Nature morte à la mésange, aux souris, aux noix, aux insectes et au vase de jasmins. Vers 1712-1713
Huile sur toile. H.0, 32 ; L. 0,24 m
Achat avec l’aide du Fonds du Patrimoine, du FRAM de Nouvelle-Aquitaine et d’Arimage (Amis du Musée).
Inv. 2017.3.1

Tout juste sorti de l’atelier de Nicolas de Largillierre, Oudry s’adonne pendant quelques mois, entre 1712 et 1713, à l’exécution d’un groupe de natures mortes à la mise en page identique. L’œuvre acquise par le musée d’Agen rejoint les deux premiers tableaux connus de la série, saisis en 1793 au château d’Aiguillon, et s’apparente à un troisième, autrefois au musée des Beaux-Arts de Marseille. La disposition de la mésange charbonnière suspendue à un clou par une patte renvoie à celle du moineau d’une des toiles de la collection Aiguillon. Oudry ajoute un vase, aux doux effets de transparence, contenant des fleurs de jasmins et n’hésite pas à introduire quelques détails prosaïques, comme les déjections des deux rongeurs occupés à grignoter des noix. Cette recherche d’équilibre et de simplicité tend à révéler, comme le fera plus tard Chardin, « la beauté de l’ordinaire ». Sans doute exécutées pour les marchands du pont Notre-Dame, ces œuvres soulignent le désir de l’artiste de se confronter à l’exercice subtil de l’art du trompe-l’œil, de la variation sur un même thème et de l’harmonie chromatique. 

Joseph-Désiré Court (Rouen, 1797-Paris, 1865)
Portrait-étude de Ferdinand Philippe Louis d’Orléans. Vers 1840-1844
S.b.g. Court.
Huile sur toile. H.0,59 ; L.0,48 m
Achat avec l’aide du FRAM Nouvelle-Aquitaine et d’Arimage (Amis du Musée). 
Inv. 2017.2.1

Ce portrait-étude ovale témoigne du travail préparatoire réalisé pendant la genèse du tableau immortalisant S.A.R Mgr le duc d’Orléans posant la première pierre du pont-canal d’Agen, exposé au Salon de 1844 (CNAP, dépôt au musée d’Agen en 2018). L’esquisse, présentée à l’exposition que l’artiste monta de ses propres œuvres à Dublin en 1862, correspond au n° 182 du catalogue de la vente après décès de son atelier, organisée à Paris en février 1866. Si le tableau est alors mentionné comme une « étude d’après nature », il convient cependant d’émettre des réserves. La mort accidentelle du prince (1842) survint en effet au cours de l’exécution du tableau pour Agen. La stricte vue de profil,  assez raide, pourrait trahir le travail d’après un modèle sculpté, un médaillon ou un buste, par exemple. De facture rapide, l’étude a pu être complétée a posteriori afin d’en faire un portrait achevé plus commercialisable. 

2019

Atelier de François-Hubert Drouais (Paris, 1727-1775)
Portrait d’Emmanuel-Armand de Vignerot du Plessis de Richelieu, duc d’Aiguillon (1720-1788). Vers 1774
Huile sur toile. H. 0,74 ; L. 0,62 m
Achat avec l’aide d’ARIMAGE (Amis du musée des Beaux-Arts d’Agen). 
Inv. 2019.2.1

Secrétaire des Affaires Étrangères de 1771 à 1774, le duc d’Aiguillon commanda, avant sa chute, à François-Hubert Drouais, un portrait, repris avec quelques nuances par l’atelier du peintre et d’autres portraitistes jusqu’en 1788. L’une des premières versions en miniature fut offerte en 1774 à son amie, la comtesse du Barry, tandis qu’une autre, en habit de chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, est conservée dans une collection privée. L’une des variantes les plus populaires montre le ministre vêtu de son uniforme de lieutenant de la compagnie des Chevau-Légers. Contrairement au grand portrait tardif, coupé au niveau des genoux et se détachant sur un paysage, acquis par le musée en 2014 (inv. 2014.3.1), cette nouvelle représentation en médaillon, réalisée autour de 1774, se distingue par son traitement plus raffiné, caractéristique de l’art de Drouais (traitement des sourcils et des carnations), et le brio des empâtements des galons de l’uniforme. Le portrait rejoint les collections de peintures saisies au château d’Aiguillon en 1793.

Jacques Charpantier (Agen, vers 1720-1782) 
Paire de bougeoirs. 1776-1780
Argent. H. 0,195 m
Achat avec l’aide d’ARIMAGE.
Inv. 2019.3.1 et 2019.3.2

Ces bougeoirs constituent l’un des rares témoignages de la production d’orfèvrerie à Agen, l’une des six élections de la généralité de Bordeaux sous l’Ancien Régime. Les publications et les ventes aux enchères récentes montrent le peu de pièces d’argenterie agenaises conservées, à l’exception de cuillères à ragoût, alors que les inventaires après décès font mention de nombreuses pièces de table et d’orfèvrerie religieuse. L’établissement d’une jurande est officialisé en 1775, date du choix du nouveau poinçon de ville (AN), visible sur les bougeoirs. D’un modèle courant, composés d’une base de forme carrée à pans, d’un fût en forme de balustre et d’un binet à pans, ces bougeoirs permettent d’illustrer un type d’objet régulièrement décrit dans les inventaires. Ils ont été exécutés par Jacques Charpantier, reçu maître le 6 mai 1762, et nommé garde de la jurande d’Agen le 16 juin 1775. C’est dire l’importance de la réapparition de cette paire, qui devient la première pièce d’orfèvrerie agenaise de cette époque à intégrer les collections.
 

Anonyme français

Perspective de la ville d’Agen vue du fauxbour du Pasage faite en MDCXLVIII [1648]. Seconde moitié du XVIIe siècle
Gouache sur papier vergé. H. 0,457 ; L. 0,682 m
Don de la famille de Boëry.
Inv. 2019.1.1

Connue depuis son prêt à deux expositions, en 1863 et 1879, puis popularisée par la gravure à la fin du XIXe siècle, cette gouache, à l’origine à pans coupés, représente la ville d’Agen depuis l’autre rive de la Garonne, du côté du faubourg du Passage, en 1648. Cette datation confère au document le statut de plus ancien témoignage figuré de la cité, à une époque où les vues panoramiques des villes se popularisent grâce au travail de Christophe Tassin, ingénieur du roi. Encerclée de fortifications, l’ouverture sur le fleuve indique une activité économique en expansion à l’époque moderne. Les tours de monuments publics côtoient les flèches des églises, écrasées par la cathédrale Saint-Étienne, disparue de nos jours, avec son clocher de pierre et sa flèche en bois couverte d’ardoises. Les numéros peints sur les principaux édifices, apposés sans doute après la réalisation de la peinture, renvoient à une légende sur le fronton du cadre, lui-même exécuté un siècle plus tard. 

Les dépôts

Depuis la création du musée, les collections s’enrichissent régulièrement par un certain nombre de dépôts de l’Etat, c’est-à-dire de mises à disposition provisoires d’une œuvre ou d’un ensemble d’œuvres pouvant être renouvelées périodiquement. Ces dépôts encouragent ainsi depuis le XIXe siècle les initiatives de mise en valeur et d’enrichissement des musées de province, tant dans le domaine des collections d’histoire naturelle que des Beaux-Arts. Ils sont souvent portés par l’initiative d’hommes d’Etat originaires du Lot-et-Garonne. Les envois de l’Etat en œuvres d’art commencent dès 1840, quand celui-ci fait l’acquisition pour la Préfecture d’Agen du tableau de Joseph-Désiré Court, La pose de la première pierre du Pont-canal. Cette acquisition est suivie de nombreuses autres parmi lesquelles Le Jugement de Pâris de Jean-François de Troy et Matinée de septembre d’Alfred Sisley, en 1889, Le plongeur de Gustave Caillebotte (rendu en 2014), qui fait partie des collections du musée d’Orsay, en 1947, ou encore Pasiphaé et le taureau de Jean Lemaire-Poussin et l’Etang de Ville-d’Avray de Jean-Baptiste Camille Corot, en 1977.

Les dépôts du CNAP

Le Centre National des Arts Plastiques (anciennement Fonds National d’Art Contemporain, FNAC) entretient une politique dynamique de dépôts débutée le 3 mars 1854 avec l’envoi de La pose de la première pierre du Pont-Canal par Joseph-Désiré Court et le buste en bronze du roi Louis XVIII (actuellement déposé aux Archives départementales de Lot-et-Garonne, à Agen). 

Depuis le printemps 2019, le musée accueille une trentaine d’œuvres d’artistes contemporains au sein de son parcours muséographique. Ces dépôts du CNAP apportent aux visiteurs des « dialogues singuliers » entre arts anciens et création contemporaine. Partant d’un constat que la création contemporaine est peu représentée au sein des collections, le musée a souhaité cette année offrir au public de découvrir des œuvres d’artistes contemporains. Lors de vos visites vous découvrirez des « Dialogues Singuliers » : entre les œuvres s’instaure une curieuse alchimie,  donnant lieu à des confrontations, des analogies, des rapprochements et des résonnances. Au total, une trentaine d’œuvres d’artistes renommés : Arman, Ronan Bouroullec, Maurizio Cattelan, Annette Messager, Jean-Michel Othoniel, Cindy Sherman et bien d’autres… Sculpture, photographie, vidéo, mobilier, objet d’art, ces dépôts consentis pour une durée de cinq ans sont rendus possible grâce au partenariat établi avec le CNAP. Laissez-vous émerveiller sans tarder par ces œuvres captivantes !

Les institutions dépositaires 

  • Centre Georges-Pompidou – Musée d’Art Moderne
  • Centre National des Arts Plastiques (CNAP), Paris
  • Château-Musée Henri IV, Nérac 
  • Conseil départemental de Lot-et-Garonne
  • FRAC Aquitaine
  • Mobilier National, Paris
  • Musée des Antiquités Nationales, Saint-Germain-en-Laye
  • Musée des Augustins, Toulouse
  • Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
  • Musée d’Orsay, Paris
  • Musée du Louvre, Paris
    • Département des Peintures
    • Département des Objets d’Art
    • Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • Musée Massey, Tarbes
  • Musée national de céramique de Sèvres
  • Musée pyrénéen de Lourdes
  • Ville d’Aubiac, Lot-et-Garonne
  • Ville de Boé, Lot-et-Garonne

Dernière mise à jour : 29 December 2020

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?