Flash info

Des œuvres en mouvement

Doté de collections diverses, le musée des Beaux-Arts d’Agen est régulièrement sollicité pour prendre part à des expositions nationales et internationales. Un grand nombre d’œuvres (exposées ou en réserve) voyagent ainsi chaque année pour aller à la rencontre de nouveaux publics. Le musée fait aussi régulièrement appel à des restaurateurs pour assurer la conservation et la valorisation des œuvres. Dans cette rubrique, vous découvrirez tous les mouvements qui rythment la vie du musée.

Le mouvement des collections à l’intérieur et à l’extérieur du musée des Beaux-Arts de la ville d’Agen induit la gestion « matérielle » de ses collections.

Tout mouvement d’œuvre doit être médité et anticipé car il place l’objet dans une situation « précaire », source d’éventuels dommages. Le musée et son équipe mettent donc en place des procédures pour assurer son transport depuis sa situation initiale vers sa localisation future.

Dans cette rubrique, nous vous informerons des prêts, souvent associés à l’organisation d’expositions temporaires (demandés ou accueillis).

Dans cette gestion matérielle des collections, les œuvres font l’objet d’une attention toute particulière de la part des restaurateurs. En effet, le musée doit garantir la transmission des collections aux générations futures ainsi que la restauration des œuvres détériorées ou non satisfaisantes sur le plan esthétique afin d’assurer leur conservation et leur valorisation. Cette rubrique nous permettra également de mettre en lumière le travail des restaurateurs, une fois les œuvres traitées revenues au musée.

Les mouvements d'oeuvre au musée

Un transfert impressionnant opéré en 2007

En 2007, le musée s'est doté de réserves externalisées, ce qui a entraîné d'importants transferts d’œuvres. Retour en vidéo sur le départ vers les réserves de "La Victoire des Maures", la plus grande toile du musée, exécutée par Georges Clairin (1885).

Le transfert de cette toile de Georges Clairin, Après la Victoire des Maures, reste un souvenir mémorable pour l’équipe du musée de cette période !

Avec l’aide de  restaurateurs, la toile a été dépoussiérée au revers, la couche picturale et les zones de soulèvements ou fragilités ont été consolidées par la pose de facing et elle a été roulée.

Ses dimensions ne facilitant pas son déplacement, ni sa manipulation ( H. : 9,63 ; L. : 6,65 m), nous avons été contraints de la sortir du musée par la fenêtre en la glissant dans un rouleau de chantier rigide afin de préserver son intégrité.

Ainsi, elle a pu rejoindre par camion  les nouvelles réserves où elle est conservée sur rouleau.

Elle patiente dans l’attente d’une prochaine restauration et le musée aura peut-être l’honneur de présenter de nouveau cette œuvre au public dans le cadre du projet de sa rénovation.

Restauration et conservation

Au sein de cette gestion matérielle des collections, les œuvres font l’objet d’une attention toute particulière de la part des restaurateurs. En effet, le musée doit garantir la transmission des collections aux générations futures ainsi que la restauration des œuvres détériorées ou non satisfaisantes sur le plan esthétique afin d’assurer leur conservation et leur valorisation.

  • La conservation a pour objectif de prolonger l’espérance de vie des biens culturels et intervient directement sur l’objet ou bien, de manière indirecte, sur son environnement.
  • La restauration d’une œuvre est une suite d’opérations exécutées par des professionnels,  spécialistes dans leur domaine, qui vise à restituer sa lisibilité et à revenir sur d’anciennes interventions.

Ces deux actions sont toujours étroitement liées et complémentaires.

Le conservateur-restaurateur, agréé par le service des musées de France, qui est invité à se pencher sur l’objet –  après instruction du dossier et émission d’un avis favorable par les membres de la commission scientifique de restauration régionale – respecte les grands principes de leur code déontologique, mentionnés ci-dessous :

  • Lisibilité de la restauration
  • Stabilité et innocuité des produits utilisés
  • Réversibilité la plus grande possible, notamment dans les comblements et les retouches

Intervention minimaliste, production d’un rapport de restauration et conseils dans la mise en œuvre de la conservation préventive propre à l’objet complètent cette intervention de restauration.

Conserver, exposer, valoriser : un triptyque réfléchi et précautionneux pour nos collections

Le musée des Beaux-arts de la ville d’Agen mène depuis plusieurs décennies une politique active en termes de conservation et de restauration de ses collections.

Un programme pluriannuel est établi afin de définir et prioriser les œuvres qui seront concernées (œuvre ou objet ayant subi une altération, en vue d’expositions temporaires internes ou externes au musée ou d’expositions dans le parcours muséographique des collections permanentes …).

Ci-dessous vous trouverez les œuvres concernées par des opérations de conservation-restauration depuis l’œuvre de Domenico Tintoret Renaud et Armide (inv. 2012.0.4) qui fut découverte en 1997 et qui donna alors lieu à un chantier de restauration exceptionnel !

Renaud et Armide avant et après restauration :

Les restaurations récentes

2020

  • Claude (Paris, 1925-Fontainebleau, 2019) et François-Xavier Lalanne (Agen, 1827-Ury, 2008), Le grand centaure, 1985 (inv. 2000.3.2), en cours
  • François-Xavier Lalanne (Agen, 1827-Ury, 2008), Wapiti, 1996 (inv. 2000.3.1)
  • François-Xavier Lalanne (Agen, 1827-Ury, 2008), Le Minotaure, 1970 (inv. 77.1.1)
  • Quatre faïences de Moncaut :
    • Un pot, dernier quart du XVIIIe siècle (inv. 736 LA)
    • Une soupière, dernier quart du XVIIIe siècle (inv. 737 LA)
    • Un biberon de malade, dernier quart du XVIIIe siècle (inv. 743 LA)
    • Une jatte, dernier quart du XVIIIe siècle (inv. AVEC 1886)
  • Anonyme, Rachel et les idoles de Laban, fin du XVIIe siècle (inv. 137 SP)
  • Anonyme, Christ en croix, fin du XVIIe-début du XVIIIe siècle (inv. 89 SL), en cours
  • Anonyme, Horloge aux vestales, dernier quart du XVIIIe siècle-premier quart du XIXe siècle (inv. 795 LA)
  • Anonyme, Tête de cheval d’Eysses, second âge du fer (inv.571 A3), en cours
  • Jacques Charpantier, Bougeoirs d’une paire en argent, vers 1876-1880 (inv. 2019.3.1 et 2019.3.2), en cours
  • Anonyme, Lampe à huile, Tombe à char de Boé, Troisième quart du Ier siècle avant J.-C. (inv.D.998.2.164), en cours
  • Joseph-Désiré Court (1797 -1865), S.A.R. Mgr le duc d’Orléans posant la première pierre du pont-canal d’Agen, 1840-1844, (inv. D.848.1.2), en cours

Dernière mise à jour : 06 May 2021

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?